Voici un petit conte écrit par mes soins il y a 5 ans. C'est l'histoire d'un ver de Terre et d'une étoile....

 

Une nuit que petit ver se promenait dans les bois, il leva la tête par hasard en entendant un bruit de cristal. Et il aperçut à travers les branches d’un vieux chêne une étoile magnifique, brillant de mille feux. Le ver en tomba aussitôt amoureux. Il essaya de l’appeler :

-" bonsoir! Belle étoile, la vue est belle de la haut ? »

Mais aucune réponse lui parvint. Il se mit à crier alors : 

-« BONSOIR ! FAIT –IL BEAU LA HAUT ? »

Mais là encore se fut le silence complet.

-« Je suis trop bas et elle trop haute pour m’entendre. »

Et petit ver se mit à sauter de plus en plus haut. Un bond, deux bonds, trois bonds… le jeune ver s’arrêta le souffle cours et la langue pendante. Une autre idée lui traversa l’esprit. Il grimpa le long du tronc du vieux chêne, grimpa, grimpa de plus en plus haut, mais lorsqu’il atteignit la première branche, petit ver se retourna et fut pris de vertige en constatent qu’il était bien haut, et que son aimée l’était encore plus.

Il redescendit et arrivé en bas, il s’enroula sur lui-même pour pleurer.

-« Pourquoi pleures-tu ? »

Petit ver releva sa tête devant lui se tenait son amie Ariane l’araignée. Le ver de terre lui expliqua qu’il était amoureux d’une étoile et qu’il voulait lui parler mais comme il était trop bas et elle trop haute, il avait tout essayé pour la rencontrer, mais rien n’avait marché.

-« Moi je peux t’aider si tu veux ! »

Et l’arachnide envoya un long fils de soie qui s’envola bien haut et s’accrocha à une des branches de l’étoile.

-« Il est tellement fin et doux qu’elle ne le sentira même pas » assura Ariane.

Petit ver remercia son amie et grimpa le long du fils. Mais ce que n’avaient pas prévu les deux amis, c’était le vent et le poids du jeune ver. Le fils se brisa et petit ver tomba.

Ariane eux juste le temps de construire une toile pour sauver son ami.

-« Je suis désolée petit ver, mon fil est trop fragile pour toi. » Et l’araignée s’éloigna.

Petit ver s’enroula sur lui-même pour pleurer.

-« Pourquoi pleures-tu ? »

Petit ver en reniflant releva la tête et rencontra deux yeux globuleux. Reine la grenouille le regardait fixement. Petit ver lui raconta toute l’histoire, qu’il avait tout essayé pour rejoindre sa bien aimée étoile, et que même le fil d’Ariane n’avait pas réussi à l’aider.

-« Moi je peux t’aider ! Grimpe sur mon dos, en deux bonds on y sera à ton étoile ! »

Et reine installa son ami confortablement sur son dos et se mit à sauter, a sauter de plus en plus haut. Mais les deux amis avaient oublié le vent et que petit ver n’avait pas de main pour se tenir ! Du coup, le vermisseau glissa et tomba. Il atterrit  sur le dos d’Arnaud le crapaud.

-« Mais q’est ce qui se passe ? »

Reine venait d’atterrir  et expliqua à Arnaud l’histoire du vermisseau.

-« Voyons reine tu ne saute pas assez haut, tandis que moi ! » Et le crapaud gonfla sa poitrine et se prépara à sauter.

-« Non, plus de sauts, j’ai le mal de mer ! »

Et petit ver descendit du dos d’arnaud. En s’éloignant, il entendit les deux batraciens se disputer.

-« Non c’est moi la meilleure ! » disait reine

-« Voyons jeune fille, tu n’y es pas du tout, c’est moi. » Répétait le vieux crapaud.

Petit ver lui était malheureux, il ne savait plus que faire. Il s’enroula et s’endormit.

Au matin, le soleil vint lui chatouiller le museau.

-« Petit ver, réveille-toi, moi je peux t’aider, grimpe le long de mon rayon et tu seras en haut sans danger ! Le vent s’est couché ! »

Le ver se leva d’un bond et glissa le long du rayon. Mais ni le soleil, ni le ver de terre n’avait pensé à la chaleur des rayons. Tout en montant, petit ver commença à avoir chaud et plus il montait et plus il souffrait. Tant et si bien qu’au bout d’un moment, sentant son ventre grillé, il dit au soleil :

-« Je suis désolé mais je brûle, je ne peux continuer ! »

Et petit ver glissa le long du rayon jusqu'à terre. Le soleil tout penaud se retira derrière un gros nuage.

Un corbeau vint à passer.

-« Croâ bonjour petit vermisseau dodu ! Pourquoi es-tu si triste ? »

Petit ver fixa l’oiseau, tremblant de peur, il lui raconta son histoire.

-« Croâ, voilà l’histoire la plus ridicule que j’ai pu entendre de toute ma vie ! Un ver de terre amoureux d’une étoile ! Croâhahahaha ! »

Sur ces mots, le corbeau s’envola. Petit ver l’entendit encore rire et prononcer ces mots : 

-«  quand les autres seront ça !!!! Croâhahahaha ! »

Petit ver courba la tête, une grosse larme coula sur sa joue.

-«  Le corbeau est vraiment injuste ! Moi je peux t’aider, j’ai tout entendu ! »

Petit ver leva ses yeux remplit de larme et se trouva nez à … bec avec un moineau !

-« Je peux te transporter jusque la haut ! Tu es tout petit et léger cela ne devrait pas être trop difficile ! »

Petit ver grimpa sur le dos du moineau et celui déploya ses ailes et s’envola dans le ciel. Ils montaient, montaient de plus en plus haut. Mais plus ils montaient et plus la chaleur diminuait. Les ailes du moineau furent bientôt incrustées de glace, petit ver claquait des dents et le moineau du bec.

-« J…je… je ne p…p…p…peux plus con…continuer ! » Se plaignit l’oiseau,  « je redescends ! » Et le pierrot atterrit quelque minute plus tard au milieu d’un champ.

-« Désolé, j’ai fait ce que j’ai pu mais c’est impossible ! Au revoir petit ver et bon courage ! » L’oiseau s’envola.

Petit ver resté seul, leva le nez au ciel, mais mis à part le soleil derrière ses nuages, il n’y avait rien. Le petit vermisseau soupira et entreprit le chemin de retour. Jamais il ne pourrait rejoindre son étoile, il fallait se rendre à l’évidence, qu’elle étoile aurait voulu de lui ? Tout nu et tout fragile ? Et petit ver s’enferma chez lui.

La nuit venait de tomber et tous les êtres de la forêt petits et grands connaissaient l’histoire de ce petit vermisseau. Or il advint que cette histoire parvint aux oreilles de la lune. Elle prit pitié du petit ver. Comme elle était un peu magicienne, elle profita du sommeil du lombric pour le transformer en étoile et le placer prés de sa dulcinée.

Depuis ce jour, l’étoile petit ver et son étoile éclaire la nuit et aident les cœurs séparés à se retrouver.

Ver de terre amoureux